la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Design Thinking : intégrez l’innovation et la créativité à votre culture


Selon une récente analyse, les entreprises qui intègrent le Design Thinking au cœur de leurs activités surpassent de 228 % l’indice S&P 500. Comment parviennent-elles à atteindre des résultats aussi spectaculaires? Certes, ces organisations axées sur le design maîtrisent parfaitement la méthode du Design Thinking. Toutefois, le secret de leur succès réside davantage dans leur manière de cultiver les valeurs et la philosophie du Design Thinking. Dans cet article, j’expliquerai les principes fondamentaux de cette philosophie et j’explorerai les différents moyens qui s’offrent aux dirigeants d’entreprise pour en transmettre les valeurs à leurs équipes en vue d’établir une culture créative et innovante exemplaire.

Design Thinking : de l’itération stratégique à l’innovation

La méthode du Design Thinking constitue essentiellement une approche itérative de résolution de problème. Elle place l’utilisateur au centre du processus tout en tirant parti des talents d’une équipe multidisciplinaire capable de créer des solutions conjointement avec les utilisateurs. Ces équipes usent notamment d’empathie pour trouver les sources d’irritation, définir les besoins de l’utilisateur, générer des idées, modéliser rapidement différentes options, évaluer le processus et répéter l’exercice afin de parvenir à un résultat final.

Ce processus en apparence simple repose en fait sur une série de valeurs, de philosophies et de rituels qui, une fois combinés, donnent des résultats pratiquement magiques. Profitons-en pour examiner trois de ces éléments susceptibles d’aider votre entreprise à être plus agile et à innover davantage, soit l’empathie, la multidisciplinarité et l’échec rapide.

L’empathie pour innover en fonction des besoins des utilisateurs

La volonté de faire preuve d’empathie envers les utilisateurs constitue la pierre angulaire du Design Thinking. Cela se traduit plus spécifiquement par une capacité d’observer le monde à travers les yeux de la clientèle cible pour laquelle nous concevons des solutions. Pourtant, cela ne suffit pas. Au-delà de ce fondement, il importe de rejeter complètement vos préconceptions et idées reçues pour saisir non seulement les problèmes des utilisateurs, mais également leurs motivations et leurs aspirations.

Pour y arriver, vous devez plonger dans leur contexte, vous y intéresser réellement, écouter ce qu’ils ont à dire et capter ce qu’ils ne vous disent pas. À l’ère des mégadonnées, alors que nous pouvons accéder à des milliards de renseignements relatifs au comportement d’une personne, il est primordial pour l’instigateur de Design Thinking de creuser au-delà des faits. En s’appuyant sur son intuition et son intelligence émotionnelle, l’instigateur peut ainsi donner un sens aux besoins exprimés et latents des utilisateurs.

Tirer avantage de la force de vos équipes multidisciplinaires

Les projets liés au Design Thinking sont toujours réalisés en équipes. L’intelligence collective du groupe s’unifie et suscite la collaboration. La diversité des membres du groupe et de leurs domaines (ingénierie, ressources humaines, arts ou philosophie) multiplie le spectre des points de vue et permet d’aborder les problématiques sous différents angles. Des solutions révolutionnaires peuvent ressurgir lorsque différentes disciplines travaillent de concert pour innover et créer quelque chose qui n’existait pas avant.

Pour libérer le pouvoir des équipes multidisciplinaires, les membres du groupe ne doivent pas être attachés à leur domaine d’expertise, mais plutôt se montrer pleinement ouverts aux idées d’autrui et être prêts à les accueillir sans préjugés. Cela requiert également de mettre de côté les notions de hiérarchie, et ce, autant sur le plan du rang professionnel que de la formation générale. Chacun des coéquipiers doit être traité sur le même pied d’égalité, et les idées de chacun doivent être perçues comme étant tout aussi valables dans le but de trouver des solutions novatrices qui répondent aux besoins des utilisateurs.

Échouer rapidement pour réussir plus vite

Dès le plus jeune âge, on nous enseigne que l’échec reflète notre incompétence et qu’il devrait être évité à tout prix. Cette mentalité nous empêche de prendre de grands risques et brime la créativité et le potentiel d’innover de manière révolutionnaire. La vision de la méthode du Design Thinking est tout autre : l’échec est bienvenu et même encouragé. Le mantra des adeptes de cette philosophie est d’échouer hâtivement à peu de frais pour les raisons que voici :
  • Le fait de ne jamais échouer signifie que vos propositions manquent probablement d’originalité et qu’elles correspondent à des produits ou à des expériences génériques.  
  • Si vous n’échouez pas, vous n’apprenez pas. Plus vous découvrez tôt quels sont les points faibles de votre innovation (et chaque innovation comporte des faiblesses), plus vous pourrez rapidement perfectionner votre idée de départ et rectifier le tir.

De plus, lorsque l’échec est valorisé au sein d’une entreprise et qu’il n’est pas synonyme de mesures punitives, cela favorise un environnement de travail sécuritaire sur le plan psychologique où la créativité peut battre son plein. Pour qu’une culture du Design Thinking prenne racine, les employés doivent avoir le sentiment que l’imagination, l’expérimentation et la prise de risques sont des atouts et non des obstacles insidieux.

Créer un contexte propice à la créativité et à l’innovation pour que ces notions deviennent intrinsèques à la culture d’une organisation est un long processus qui requiert de la persévérance. Si vous vous servez de tous ces ingrédients et que vous ajoutez une dose de valeurs caractéristiques au Design Thinking, sachez que votre entreprise pourrait bien être en voie de surpasser ses concurrents.


Quelques mots sur l’auteur

Niels Billou, éducateur et consultant international primé à de nombreuses reprises, est expert en matière de Design Thinking et d’innovation dans divers contextes, notamment pour les grandes organisations et les entreprises en démarrage des secteurs privé et social. M. Billou est titulaire d’un doctorat en innovation et entrepreneuriat de la London Business School, d’une maîtrise en administration des affaires de l’Ivey Business School et d’un certificat en Participant-Centred Learning de la Harvard Business School. Il a enseigné dans certaines des plus grandes écoles de commerce du monde, telles que la London Business School, HEC Montréal, HEC Paris, McGill, ESMT, NYU et l’Ivey Business School. Il a fait partie de la faculté fondatrice de la School of Design Thinking de l’Institut Hasso Plattner. Sa contribution a fait en sorte que celle-ci figure aujourd’hui sur la liste des écoles de design les plus reconnues dans le monde. Il œuvre également à titre d’instructeur de Design Thinking à Factry. Niels Billou est le fondateur de l’Institut Humanos, une organisation à but non lucratif dont la mission est d’unir l’esprit entrepreneurial et la conscience humanitaire pour aider à changer la vie de gens issus de communautés défavorisées en ayant recours au Design Thinking. 

Les opinions exprimées dans ce billet sont celles de leurs auteurs et ne représentent pas nécessairement celles de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain. En conséquence, la Chambre ne peut en aucun cas être tenue responsable du contenu publié.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de vie privée et l’utilisation de témoins (cookies) pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêt. En savoir plus sur notre politique de vie privée