la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Comment évaluer la valeur marchande réelle de votre entreprise?

Blogue Acclr - Comment évaluer la valeur marchande réelle de votre entreprise?

Vous avez besoin d’investisseurs ou souhaitez vendre votre entreprise à un acheteur potentiel? À priori, de nombreux facteurs influencent la valeur marchande de votre entreprise. C’est pourquoi l’expert en évaluation d’entreprise (EEE) sera précieux dans l’équation.

Il existe un adage qui dit : « La valeur d’une entreprise représente uniquement le prix que l’acheteur est prêt à payer pour l’acquérir ». Par conséquent, dites-vous que le montant de l’évaluation, même lorsqu’il est établi par un spécialiste, ne représente que le point de départ de la négociation.

La valeur d’une entreprise n’est pas une science exacte

Outre la valeur financière calculée selon des principes comptables (actifs) ou d’exploitation (entrées et sorties d’argent), deux autres variables de projections financières s’ajoutent. Le facteur de risque, entre autres évalué par rapport au marché et au contexte économique de l’industrie, ainsi que le taux de rendement estimé pour les prochaines années.

Que ce soit pour l’investisseur, qui souhaite récupérer son investissement tout en faisant un profit raisonnable, ou pour l’acheteur, qui veut valider le potentiel de rentabilité et de croissance à plus long terme, la démarche sera la même. Toutefois, chaque méthode arrive à un résultat différent. C’est pourquoi il vaut mieux valider les résultats à l’aide de plus d’une méthode et, surtout, confier cette tâche fastidieuse aux experts.

Explorez les facteurs clés qui influent sur la valeur de votre entreprise
» Évaluer et commercialiser votre entreprise

Les différentes méthodes de calcul utilisées

Peu importe le calcul utilisé pour déterminer la valeur marchande de votre entreprise, l’objectif demeure le même : transposer tous les facteurs en un seul montant représentatif et dresser un portrait hypothétique, mais réaliste, des revenus possibles dans le futur. Les techniques d’évaluation cherchent donc à capitaliser soit les actifs, le flux monétaire ou les bénéfices.

Méthode basée sur les éléments d'actif : la valeur comptable validée par les états financiers, soit le montant net actuel selon l’avoir des actionnaires (immobilier, équipements, stocks, etc.). On qualifie l’actif net de « redressé » lorsqu’on y a soustrait toutes les dettes de l’entreprise (passif).

Méthode basée sur les résultats et les flux de trésorerie : la valeur actuelle de l’entreprise fondée sur les entrées et sorties d’argent. La valeur obtenue repose plutôt sur l’exploitation. On parle « d’actualisation » des flux de trésorerie lorsqu’on applique un taux de rendement aux fluctuations, soit une projection financière estimée à plus ou moins long terme.

Sachez que l’analyse fondée sur le flux de trésorerie est celle privilégiée par l’investisseur. Elle est plus concrète et plus précise, et le risque est plus facile à évaluer. Même si vous êtes en démarrage, cette méthode d’évaluation saura tenir compte de la possibilité de pertes à court terme, tout en déterminant le potentiel de croissance du rendement à plus long terme.

Pour mieux comprendre les méthodes d’évaluation d’une entreprise
» Consultez le guide d’Entreprise Canada

Méthode basée sur les bénéfices : L’analyse du bénéfice avant intérêts, impôts et amortissement (BAIIA) est la méthode la plus utilisée par les experts. Elle est calculée idéalement sur une période d’au moins trois ans. Une pléiade de facteurs détermine ensuite le multiple appliqué au montant obtenu pour établir la valeur marchande de l’entreprise. D’autres éléments tels que la taille de l’entreprise et le type d’industrie influent également sur le résultat. Règle générale, si le BAIIA est multiplié par un chiffre :

  • inférieur à 3, cela signifie souvent que l’entreprise comporte des lacunes importantes et, par conséquent, qu’il est risqué d’investir;
  • entre 3 et 5, les perspectives de croissance sont jugées favorables;
  • supérieur à 5, l’entreprise est très bien établie, compte souvent plus d’une succursale, a fait ses preuves et représente un excellent investissement.

« Nous prenons en considération tous les aspects positifs et négatifs susceptibles d’affecter la capacité de la société à maintenir ses bénéfices futurs. Plus le risque est élevé, moins le multiple est important. C’est un rapport inversement proportionnel[1]. »

- Bruce Roher, associé et responsable des évaluations d’entreprises chez Fuller Landau LLP, Toronto.

Les facteurs d’influence sur la valeur de votre entreprise

On cherche à connaître la valeur de son entreprise dans différents cas, pas uniquement lors de la vente. Pensez à faire des démarches en vue de planifier la relève ou votre retraite, et ce, dans le but d’éviter les litiges et les conflits entre actionnaires ou encore de protéger la propriété intellectuelle de votre société.

En jetant un coup d’œil aux facteurs qui influent sur la valeur d’une entreprise, vous comprendrez rapidement pour quelle raison une évaluation externe est essentielle[2]. Dans le cadre de son intervention, l’expert en évaluation d’entreprise (EEE) peut déceler les lacunes et vous aider à miser sur les bons éléments pour augmenter la valeur de votre entreprise.

  • L’état du marché et le contexte économique de l’industrie
  • L’emplacement de l’entreprise
  • Le fonds commercial
  • La valeur des immobilisations
  • La propriété intellectuelle
  • L’expertise et le savoir-faire, bien qu’intangibles
  • La clientèle
  • Le carnet de commandes, les mandats réguliers

Un expert en évaluation pour mettre l’investisseur ou l’acheteur en confiance

L’EEE, régi par l’Institut canadien des experts en évaluation d’entreprises (ICEEE), utilise la méthode BAIIA et établit la valeur marchande réelle en toute objectivité. Par conséquent, l’évaluation met les acheteurs, les investisseurs et l’institution financière en confiance. Vous pouvez obtenir trois types de rapports selon vos besoins :

  • Rapport de calcul – estimation approximative (valeur de 3 000 $ ou plus[*])
  • Rapport d’estimation – pour négociations (valeur de 4 500 $ ou plus[*])
  • Rapport exhaustif/d’opinion – risques élevés ou enjeux importants, ex. : litiges (valeur de 10 000 $ ou plus[*])

Ce type d’expert représente un atout majeur non seulement lors de l’évaluation, mais aussi lorsque vous recevez une offre pour l’achat de votre entreprise. Il saura vous dire si l’offre est raisonnable. Vous n’avez pas d’acheteurs? Votre EEE pourrait vous indiquer où chercher.

Qu’en est-il de la valeur de l’expertise et du savoir-faire? La connaissance que vous possédez de votre entreprise, de l’industrie, de vos fournisseurs et de votre clientèle peut représenter un gage important de réussite pour l’acheteur.  Prenez donc le temps de bien négocier les modalités de transition, entre autres le temps que vous y consacrerez et la compensation que vous exigerez.

Besoin de conseils avant d’entreprendre les démarches pour vendre votre entreprise?
» Contactez les experts Acclr du centre de ressources Info entrepreneurs.